ÉCRITURE (LES SENS DE L’)


ÉCRITURE (LES SENS DE L’)
ÉCRITURE (LES SENS DE L’)

ÉCRITURE LES SENS DE L’

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu’à l’apparition de l’épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l’âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nouveau Testament et même de l’Ancien, l’histoire de l’interprétation biblique a subi un développement constant, parfois ralenti, parfois accéléré ou modifié, suivant les ruptures (par exemple, la séparation entre christianisme et judaïsme à partir du Ier s., ou la Réforme au XVIe s.) qui ont marqué durant deux millénaires la religion judéo-chrétienne ou biblique.

À l’époque patristique, théologie et prédication se sont développées sous forme d’exégèse: elles avaient pour point de départ l’«Écriture sainte», lue dans la tradition de l’Église. La doctrine des sens de l’Écriture fournit à l’exégèse chrétienne une instance et des formules régulatrices; elles devaient se fixer durant le haut Moyen Âge dans une classification des disciplines sacrées, toutes référées à l’Écriture comme à leur fondement nécessaire: l’histoire sainte, le dogme, la morale et la mystique — situation que résume cette phrase citée par Nicolas de Lyre: Littera gesta docet, quid credas allegoria, moralis quid agas, quo tendas anagogia (la lettre t’enseigne les événements; l’allégorie, ce que tu as à croire; le sens moral, comment tu dois faire; l’anagogie, à quoi tu aspires).

Une mutation s’est produite avec saint Thomas. La distinction passera désormais entre le sens littéral (sens des textes sacrés où Dieu est censé nous parler; matière de l’exégèse proprement dite et fondement de la théologie) et le sens spirituel (sens des choses, des événements et des personnages dont traitent les textes; sorte de réflexion théologique sur l’histoire). Aussi, l’allégorie, la morale (ou tropologie) et l’anagogie (ou mystique) sont les trois points d’application du sens spirituel: ils définissent les trois rapports possibles des réalités bibliques au mystère de la foi saisi dans son économie totale. Ce reclassement inspirera la théologie et l’herméneutique de la période post-tridentine.

Par la suite, le sens littéral thomiste se révélera ambigu: il déborde en effet largement ce que l’exégèse moderne entend par là. Selon l’optique actuelle, définie du point de vue catholique par Pie XII dans l’encyclique Divino afflante Spiritu (1943), il se caractérise par l’intention didactique d’un auteur humain, agent instrumental utilisé par Dieu pour transmettre sa Parole et toujours accessible à l’analyse. Aujourd’hui, les critiques ne connaissent pratiquement plus que le sens littéral, objet unique de différenciation du travail selon des écoles, des mouvements ou des méthodes.

Les théologiens contemporains distinguent volontiers entre le sens premier ou littéral, qui ressort immédiatement de la lettre du texte et qui se trouve partout dans la Bible, et les sens seconds , qui le prolongent et l’amplifient. Les sens seconds découlent de la nature même de la Bible et des relations entre l’auteur divin et l’auteur humain: Dieu étant l’auteur de la Bible entière, chaque «auteur sacré» étant l’auteur seulement d’une partie limitée. Dès lors, derrière le sens littéral ou premier, il y a un sens littéral plus profond, contenu dans la lettre mais prévu et voulu directement par Dieu seul. On l’appelle le sens plénier à cause du surcroît de signification qui ne se découvre qu’à la lumière des révélations postérieures, par l’apparition d’un autre texte ou d’un autre livre et même, par rapport à l’Ancien Testament dans son ensemble, par la naissance du Nouveau Testament. Les prophéties messianiques, par exemple, s’éclairent pour nous grâce à la lecture de leur réalisation dans les Évangiles: réalisation correspondant à la visée divine voulue dès le début.

Tandis que le sens plénier , se rapportant aux mots, est une présentation plus profonde du sens littéral, le sens typique , même s’il n’est connu que par le moyen des mots, se rapporte aux choses, aux personnes et aux événements saisis dans leur rapport à un ordre plus élevé. Par exemple, on sait par le Nouveau Testament que le passage de la mer est le type du baptême et le don de la manne le type de l’eucharistie. Ce qu’il y a de spécifique, c’est la correspondance voulue par Dieu et exprimée dans la Bible entre deux réalités, le type et l’antitype , qui, distincts, se rencontrent sur un point commun.

D’un point de vue non confessionnel, ces notions traditionnelles relatives au (ou aux) sens de l’Écriture peuvent se regrouper selon qu’on considère, d’une part, le discours philologique ou historique de l’exégèse qui cherche à retrouver un sens caché ou à reconstituer un sens perdu et, d’autre part, le discours herméneutique proprement dit qui tend à détecter le sens profond pour le mettre en perspective. Face aux requêtes de l’analyse actuelle des textes littéraires, d’abord préoccupée d’épistémologie, ces diverses tâches, avec les idéologies qu’elles impliquent et qui les commandent, risquent de tomber sous le coup d’une accusation commune: étrangères à toute problématique contemporaine de la lecture , elles ne sauraient prétendre à construire un savoir neuf. Un champ théorique est ouvert; il réclame de la théologie qu’elle enracine son travail dans le terrain, vierge pour elle, que constitue non plus l’approche d’un énoncé — et cela quelles que soient les dérives préconisées ou tolérées — mais bien l’analyse inédite d’un procès de signification.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉCRITURE — Ceci doit il tuer cela? L’écran de l’ordinateur supplanter l’écrit? Cette page immatérielle où l’on peut faire réapparaître à sa guise un texte déjà composé pour l’intégrer à un autre, tout à fait neuf, cette rédaction à la machine, et non plus… …   Encyclopédie Universelle

  • Ecriture Littéraire — Écriture littéraire L écriture littéraire désigne la manière par laquelle certains écrits se situent dans la société et l histoire. Le mot écriture a acquis un sens tout a fait nouveau au début des années 1960, Roland Barthes l ayant choisi pour… …   Wikipédia en Français

  • Ecriture litteraire — Écriture littéraire L écriture littéraire désigne la manière par laquelle certains écrits se situent dans la société et l histoire. Le mot écriture a acquis un sens tout a fait nouveau au début des années 1960, Roland Barthes l ayant choisi pour… …   Wikipédia en Français

  • sens — 1. (san ; l s se lie : un sen z actif ; il ne faut pas faire entendre l s, ni dire : les cinq sans , un homme de sans , Au XVIIe siècle, Chifflet, Gramm. p. 211, recommande de toujours prononcer l s finale pour le distinguer de sang, c est ainsi …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sens — SENS. s. m. Faculté de l animal, par laquelle il reçoit l impression des objets exterieurs & corporels. Les cinq sens de nature, la veuë, l oüye, l odorat, le toucher, le goust, sont les cinq sens de nature. la veuë est le sens le plus subtil. ce …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sens de la mort — Sens Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Les Condamnées — Titre original Bad Girls Genre Série dramatique Créateur(s) Ann MacManus Eileen Gallagher Maureen Chadwick Pays d’origine   …   Wikipédia en Français

  • Les Simpson, le film — Données clés Titre québécois Les Simpson : Le film …   Wikipédia en Français

  • Les Simpson-le film — Les Simpson, le film Les Simpson, le film Titre original The Simpsons Movie Titre québécois Les Simpson : Le film Réalisation David Silverman …   Wikipédia en Français

  • Les Simpson - Le Film — Les Simpson, le film Les Simpson, le film Titre original The Simpsons Movie Titre québécois Les Simpson : Le film Réalisation David Silverman …   Wikipédia en Français